Enseigner sérieusement partout les humanités et sciences sociales en médecine

Un cancérologue, professeur de médecine et vice-Doyen de Lyon Sud, a tenu à plusieurs reprises devant des étudiants de première année de santé des propos qui caricaturent de façon outrancière et ridicule le féminisme, l’antiracisme, l’indépendance vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique, etc. L’enquête de Béatrice Kammerer dans Mediacités du 22 mai 2019 permet de prendre conscience du scandale de ces propos qui se situent à l’opposé des principes de rigueur, d’information, de validité et d’honnêteté qui caractérisent l’enseignement universitaire des sciences humaines et sociales. L’Association des étudiants en médecine de France a publié un communiqué de réprobation très clair. La Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a réagi très rapidement et a demandé à l’Inspection générale du ministère de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation une enquête qui permettra de caractériser ces propos et d’en tirer les conséquences.

Universitaires travaillant dans le champ des sciences humaines et sociales en santé, nous souhaitons souligner les carences de l’organisation de la formation médicale actuelle et les changements majeurs qui y sont nécessaires, à un moment où les études médicales font l’objet d’importantes réformes. Au-delà des outrances et des propos affligeants qui sont rapportés, et du procédé que nous réprouvons d’un enregistrement des cours à l’insu de l’enseignant, cette affaire est révélatrice à plusieurs titres.

Le premier problème concerne ce que l’on pourrait appeler « l’assujettissement » des étudiants en santé. Les propos en question ont été tenus dans le cadre de la PACES (Première année commune des études de santé). Celle-ci, parfois qualifiée de « boucherie pédagogique » en raison de la sélection qui s’y exerce, tend à être dévolue à des apprentissages par cœur, à un « bourrage de crâne » qui rend d’autant plus problématiques des propos insuffisamment fondés et idéologiques. Les réformes des études médicales lancées cette année devraient fort heureusement aboutir à réaménager en profondeur la PACES, mais il faudra néanmoins veiller à ce que ne perdurent pas des modalités d’apprentissage et de sélection abrutissantes. Il faudra s’assurer que les étudiants soient en position de développer une réflexion autonome et outillée dès la première année, mais aussi lors des années suivantes.

Le second travers révélateur touche à la posture de cet enseignant qui occupe la fonction de responsable de l’unité d’enseignement de « Santé Sociétés Humanité » sans avoir de réelle formation académique dans ce domaine. Or, les humanités médicales ne sont réductibles ni à un hobby ni à un enseignement de culture générale. Elles sont un champ d’enseignement et de recherches internationales, nourri de l’histoire, de la philosophie, de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, etc. Et, si les savoirs expérientiels des professionnels et des usagers y tiennent une place importante, ces enseignements ne sauraient être une tribune d’opinions individuelles, quelles qu’elles soient.

Le troisième point porte sur le rôle des SHS. Celui-ci consiste notamment à enseigner les fondements historiques et institutionnels des savoirs et de l’autorité en médecine et à mettre en lumière les enjeux politiques, éthiques, sociaux des pratiques de santé et des relations de soin. Les SHS ne sont pas là pour énoncer une opinion sur un objet que les étudiantes et les étudiants devraient apprendre et restituer sans la moindre compréhension critique, mais, au contraire de les faire réfléchir sur les enjeux de leur métier, et notamment pour rendre visible la façon dont le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie et toutes les autres formes de discrimination peuvent émerger au quotidien dans les milieux de soin.

En vertu de leur portée critique, les SHS participent à un changement culturel dans l’exercice de la médecine. Lorsque les SHS viennent mener l’enquête à l’hôpital, auprès des soignants, des agents hospitaliers, des usagers, les chercheurs de ces disciplines ont précisément l’atout de la différence, et donc d’être en position d’apporter un autre regard.

Dans la dernière loi Santé, une réforme majeure des études médicales situe les SHS comme une clé pour l’évolution de la formation des soignants. Ce que les étudiants, les patients, les citoyens demandent aujourd’hui, et par-delà leurs opinions, ce n’est pas la restauration d’un esprit médical autoritaire. La demande sociale, c’est que les soignants aient une réelle ouverture d’esprit et une capacité d’écoute, une capacité d’accompagner les malades, tous les malades, de répondre aux besoins de la population, quelles que soient les différences des personnes qui la composent, etc. Les propos rapportés et qui nous ont conduits à intervenir ne sont pas les nôtres, ne sont pas ceux des collègues médecins, philosophes ou sociologues qui partout dans le monde enseignent les humanités en santé.

Premiers signataires

    • Nicolas Lechopier – Université Lyon1
    • Céline Lefève – Université Paris Diderot
    • Nils Kessel – Université de Strasbourg
    • Benjamin Derbez – Université de Bretagne Occidentale
    • Lucie Dalibert – Université Lyon1
    • Gilles Moutot – Université de Montpellier
    • Christian Bonah – Université de Strasbourg
    • Jean-Marc Mouillie – Université d’Angers
    • Laurent Visier – Université de Montpellier
    • Roberto Poma – Université Paris Est Créteil
    • Evelyne Lasserre – Université Lyon 1
    • Guillaume Lachenal – Université Paris Diderot
    • Arthur Vuattoux – Université Paris 13
    • Joëlle Kivits – Université de Lorraine
    • Maria Teixeira – Université Paris Diderot
    • Antonine Nicoglou – Université de Tours
    • Marta Spranzi – Université Versailles St Quentin
    • Pierre Le Coz – Université d’Aix-Marseille
    • Anne-Laurence Penchaud – Université d’Angers
    • Guillaume Grandazzi – Université de Caen
    • Hélène Bretin – Université Paris 13

2 réflexions sur « Enseigner sérieusement partout les humanités et sciences sociales en médecine »

  1. L’article L141.6 du Code de l’Education indique que « le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse et idéologique”. Nous, universitaires, n’avons pas à exercer une telle emprise, surtout lorsqu’elle va à l’encontre de l’égale dignité due à tous, universelle, et de l’humanisme.
    Par ailleurs, l’article 7 du Code de Déontologie de 2012 (article R.4127-7 du Code de la Santé Publique) dit que “Le médecin doit écouter, examiner, conseiller ou soigner avec la même conscience toutes les personnes quels que soient leur origine, leurs mœurs et leur situation de famille, leur appartenance ou leur non-appartenance à une ethnie, une nation ou une religion déterminée, leur handicap ou leur état de santé, leur réputation ou les sentiments qu’il peut éprouver à leur égard.”
    Cet héritage de la Philosophie des Lumière est heureusement aujourd’hui largement partagé. L’article de Mediacité nous interpelle tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.