Mise en avant

Congrès 2019 du Collège des Humanités médicales

Le 8è Congrès du Collège des humanités médicales (COLHUM) – Collège des enseignant·e·s de sciences humaines et sociales en médecine et santé

« Recherche en santé, formation des soignants :
agir dans les révolutions en cours »

https://colhum2019.sciencesconf.org/


Jeudi 27 et vendredi 28 juin 2019
Université Paris-Diderot


APPEL À COMMUNICATIONS

Des acteurs de plus en plus nombreux et de plus en variés se mêlent du devenir de notre système de santé. La voix des étudiants, comme celle des patients, ont gagné ces dernières années en importance. Les sujets de questionnement sont nombreux : à propos de l’accès et de la répartition sur le territoire des professionnels, de leurs modes d’exercice, des connaissances et compétences attendues par les patients, des mutations
du modèle socio-sanitaire, des changements induits par les technologies traitant les données de santé, des inégalités sociales induites ou reproduites par l’institution de la santé, de l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux savoirs, etc.

Le Congrès s’interrogera sur la place et le rôle que peuvent jouer les humanités et les Sciences Sociales dans ces questionnements qui concernent aussi bien la formation que le soin et la recherche en santé. Les études de santé sont notamment à la veille de transformations d’ampleur : fin de la première année commune aux études en santé, du numerus clausus, des épreuves classantes nationales informatisées, mise en place de
l’universitarisation des filières de sciences infirmières, etc. Quelle sera la place des sciences humaines et sociales en santé et des humanités médicales, qui sont inscrites dans le cursus depuis les années 1990 ? Quels peuvent être leurs apports aux compétences cliniques, aux ressources critiques, aux innovations pédagogiques ?


Les réformes des études de santé accompagnent des discours et des pratiques qui se réclament de changements sociaux et institutionnels plus profonds, et qui, pour certains, sont déjà entamés voire achevés, quand d’autres sont seulement anticipés ou « promis ». Sur le terrain des lieux de soin, des laboratoires, des facultés, des réseaux sociaux, des arts et de la création, quels problèmes, quels rôles, quels défis s’offrent à l’exploration interdisciplinaire des humanités médicales ? Le colloque s’adresse à toute personne concernée par les formations en santé, tant enseignants qu’enseignés, et impliquée dans les multiples champs de la recherche en
sciences humaines et sociales en santé.

Les thématiques suivantes, sans être exhaustives ou limitatives, seront
particulièrement abordées :

  • La diversité des courants et des pratiques des humanités en santé ;
  • Les humanités médicales et les institutions de soin ;
  • Les humanités médicales et les technologies (médicaments, diagnostics, base de données) ;
  • Les humanités et les spécialités médicales (médecine générale, psychiatrie, gériatrie, médecine interne, etc.) ;
  • Les humanités médicales et les arts (théâtre, cinéma, danse, littérature, etc.) ;
  • Les humanités médicales 2.0 ;
  • Les sciences humaines et sociales dans la formation médicale (réforme du premier cycle, réforme du second cycle) et dans les sciences infirmières, la réadaptation, etc.
  • Les humanités médicales et la place des patients dans la formation ; 
  • L’enseignement des humanités médicales à l’étranger.

Les propositions d’intervention et de session seront à déposer avant la fin mars 2019 sur la plateforme : https://colhum2019.sciencesconf.org/

 

 

Mise en avant

Pour une révolution des SHS dans la formation des professionnels de santé

Contribution du Collège des Humanités Médicales aux États Généraux de la Bioéthique

Une version en anglais de ce texte a été publiée en sept 2018 sous forme d'article dans MedEdPublish - https://doi.org/10.15694/mep.2018.0000195.1

Dans le contexte des États généraux de la bioéthique, le COLHUM entend insister sur l’enjeu de la formation et la nécessité de la faire évoluer en profondeur. On ne peut en effet débattre des enjeux de la biomédecine, de la médecine numérique, de l’intelligence artificielle, ou encore des évolutions sociales et anthropologiques du soin, sans interroger « l’équipement » des acteurs qui seront en première ligne de ces transformations. De quelles sortes de ressources, de quelles capacités d’analyse ont-ils besoin ? En quoi le champ transdisciplinaire des humanités médicales peut-il contribuer à cet équipement ? Quels rôles et quelle place effective assigner pour cela aux disciplines de sciences humaines et sociales ? L’enjeu de la formation concerne non seulement les étudiants de médecine et en santé, mais aussi l’ensemble des citoyens, si bien qu’elle n’est pas séparée de celle qui préoccupe directement le CCNE – à savoir comment associer et former les citoyens à l’appréhension des enjeux éthiques contemporains. Continuer la lecture de « Pour une révolution des SHS dans la formation des professionnels de santé »

Enseigner sérieusement partout les humanités et sciences sociales en médecine

Un cancérologue, professeur de médecine et vice-Doyen de Lyon Sud, a tenu à plusieurs reprises devant des étudiants de première année de santé des propos qui caricaturent de façon outrancière et ridicule le féminisme, l’antiracisme, l’indépendance vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique, etc. L’enquête de Béatrice Kammerer dans Mediacités du 22 mai 2019 permet de prendre conscience du scandale de ces propos qui se situent à l’opposé des principes de rigueur, d’information, de validité et d’honnêteté qui caractérisent l’enseignement universitaire des sciences humaines et sociales. L’Association des étudiants en médecine de France a publié un communiqué de réprobation très clair. La Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a réagi très rapidement et a demandé à l’Inspection générale du ministère de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation une enquête qui permettra de caractériser ces propos et d’en tirer les conséquences.

Universitaires travaillant dans le champ des sciences humaines et sociales en santé, nous souhaitons souligner les carences de l’organisation de la formation médicale actuelle et les changements majeurs qui y sont nécessaires, à un moment où les études médicales font l’objet d’importantes réformes. Au-delà des outrances et des propos affligeants qui sont rapportés, et du procédé que nous réprouvons d’un enregistrement des cours à l’insu de l’enseignant, cette affaire est révélatrice à plusieurs titres.

Le premier problème concerne ce que l’on pourrait appeler « l’assujettissement » des étudiants en santé. Les propos en question ont été tenus dans le cadre de la PACES (Première année commune des études de santé). Celle-ci, parfois qualifiée de « boucherie pédagogique » en raison de la sélection qui s’y exerce, tend à être dévolue à des apprentissages par cœur, à un « bourrage de crâne » qui rend d’autant plus problématiques des propos insuffisamment fondés et idéologiques. Les réformes des études médicales lancées cette année devraient fort heureusement aboutir à réaménager en profondeur la PACES, mais il faudra néanmoins veiller à ce que ne perdurent pas des modalités d’apprentissage et de sélection abrutissantes. Il faudra s’assurer que les étudiants soient en position de développer une réflexion autonome et outillée dès la première année, mais aussi lors des années suivantes.

Le second travers révélateur touche à la posture de cet enseignant qui occupe la fonction de responsable de l’unité d’enseignement de « Santé Sociétés Humanité » sans avoir de réelle formation académique dans ce domaine. Or, les humanités médicales ne sont réductibles ni à un hobby ni à un enseignement de culture générale. Elles sont un champ d’enseignement et de recherches internationales, nourri de l’histoire, de la philosophie, de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychologie, etc. Et, si les savoirs expérientiels des professionnels et des usagers y tiennent une place importante, ces enseignements ne sauraient être une tribune d’opinions individuelles, quelles qu’elles soient.

Le troisième point porte sur le rôle des SHS. Celui-ci consiste notamment à enseigner les fondements historiques et institutionnels des savoirs et de l’autorité en médecine et à mettre en lumière les enjeux politiques, éthiques, sociaux des pratiques de santé et des relations de soin. Les SHS ne sont pas là pour énoncer une opinion sur un objet que les étudiantes et les étudiants devraient apprendre et restituer sans la moindre compréhension critique, mais, au contraire de les faire réfléchir sur les enjeux de leur métier, et notamment pour rendre visible la façon dont le racisme, le sexisme, l’homophobie, la transphobie et toutes les autres formes de discrimination peuvent émerger au quotidien dans les milieux de soin.

En vertu de leur portée critique, les SHS participent à un changement culturel dans l’exercice de la médecine. Lorsque les SHS viennent mener l’enquête à l’hôpital, auprès des soignants, des agents hospitaliers, des usagers, les chercheurs de ces disciplines ont précisément l’atout de la différence, et donc d’être en position d’apporter un autre regard.

Dans la dernière loi Santé, une réforme majeure des études médicales situe les SHS comme une clé pour l’évolution de la formation des soignants. Ce que les étudiants, les patients, les citoyens demandent aujourd’hui, et par-delà leurs opinions, ce n’est pas la restauration d’un esprit médical autoritaire. La demande sociale, c’est que les soignants aient une réelle ouverture d’esprit et une capacité d’écoute, une capacité d’accompagner les malades, tous les malades, de répondre aux besoins de la population, quelles que soient les différences des personnes qui la composent, etc. Les propos rapportés et qui nous ont conduits à intervenir ne sont pas les nôtres, ne sont pas ceux des collègues médecins, philosophes ou sociologues qui partout dans le monde enseignent les humanités en santé.

Premiers signataires

    • Nicolas Lechopier – Université Lyon1
    • Céline Lefève – Université Paris Diderot
    • Nils Kessel – Université de Strasbourg
    • Benjamin Derbez – Université de Bretagne Occidentale
    • Lucie Dalibert – Université Lyon1
    • Gilles Moutot – Université de Montpellier
    • Christian Bonah – Université de Strasbourg
    • Jean-Marc Mouillie – Université d’Angers
    • Laurent Visier – Université de Montpellier
    • Roberto Poma – Université Paris Est Créteil
    • Evelyne Lasserre – Université Lyon 1
    • Guillaume Lachenal – Université Paris Diderot
    • Arthur Vuattoux – Université Paris 13
    • Joëlle Kivits – Université de Lorraine
    • Maria Teixeira – Université Paris Diderot
    • Antonine Nicoglou – Université de Tours
    • Marta Spranzi – Université Versailles St Quentin
    • Pierre Le Coz – Université d’Aix-Marseille
    • Anne-Laurence Penchaud – Université d’Angers
    • Guillaume Grandazzi – Université de Caen
    • Hélène Bretin – Université Paris 13

Sur la formation en SHS dans le futur 2è cycle des études médicales

Il est désormais reconnu que les enseignements de sciences humaines et sociales dans le 1e cycle sont appréciés des étudiants et étudiantes, indispensables à leur formation, leur évaluation et leur orientation. Ces enseignements offrent des repères fondamentaux, permettent de s’orienter dans leur choix de formation, et d’évaluer leurs compétences réflexives et rédactionnelles.

Le 2e cycle est celui de l’exercice clinique, avec la découverte de l’hôpital et de la médecine générale, de la variété des situations de soin et de leurs enjeux humains. L’accompagnement pluridisciplinaire doit être renforcé à cette période-clé du développement professionnel (cf rapport du Dr Mara). Les enseignements de Sciences Humaines et Sociales participent à cet encadrement. En développant certaines des compétences centrales pour le 2e cycle (réflexivité, communication, responsabilité notamment) elles contribuent au développement du professionnalisme.

Les éléments à prendre en compte

  • Les SHS permettent aux étudiants de santé de se situer face aux enjeux de la médecine et aux mutations sociales que nous connaissons. Elles permettent aussi de maîtriser des éléments de culture professionnelle en santé et de développer des aptitudes relationnelles. Elles renforcent aussi, de façon indispensables, les compétences critiques et réflexives.

  • L’enseignement de SHS en médecine s’appuie sur des savoirs universitaires issus de différentes disciplines universitaires (épistémologie, histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, littérature, etc.).

  • Les facultés sont très inégalement dotées en spécialistes SHS, et pourtant les étudiants doivent être traités également sur le territoire.

  • Les SHS apportent aussi un « plus » dans le parcours personnalisé des étudiants (nombre d’étudiants aspirent à mieux se former en SHS, en suivant des enseignements optionnels, jusqu’à des double parcours).

  • Les connaissances et compétences développées grâce aux SHS doivent donner lieu à une évaluation à la fois solide, reproductible et intelligente.

Les deux propositions du Collège

1) Concernant le « socle commun »

Le Collège des Humanités Médicales porte une proposition d’épreuve rédactionnelle nationale obligatoire intégrée au contrôle terminal en 5è année (ou à un autre moment du 2è cycle).

Cette épreuve rédactionnelle consisterait soit en un essai ou dissertation sur une question ouverte sur un thème santé-société, soit en un récit de situation complexe inspiré des RSCA, par exemple sur la base d’un extrait vidéo ou sonore à analyser, incorporant des éléments d’analyse fondés sur des savoirs de SHS. Cette épreuve nationale serait corrigée annuellement par une équipe de correcteurs spécialistes SHS, incluant des HU, selon une grille solide, commune et incontestable. Une liste de thématiques et un « bouquet de ressources » (articles ou/et chapitres de livres) seraient proposés par le COLHUM et accessibles à tout.e étudiant.e de France, par exemple sous la forme d’un module d’enseignement à distance commun accessible sur le territoire. Il reviendrait à chaque Faculté d’accompagner au mieux les étudiants dans la réalisation d’exercices spécifiques pour les entraîner à cette épreuve. Cette épreuve pourrait donner lieu à validation sous forme de note (contribuant au « classement » de l’étudiant) ou par paliers (par ex. non-validé/validé minimalement/validé bonus).

 

2) En pensant à la personnalisation du parcours de l’étudiant et l’enrichissement de l’offre d’enseignements en SHS

Il pourrait être demandé à chaque Faculté de définir et d’expliciter sa propre offre de formation pour la validation de l’enseignement des SHS en 2è cycle. Ce parcours, décrivant l’offre de formation accessible au 2è cycle, recevrait un avis ou une validation de la part d’une commission incluant des membres du COLHUM. Ces parcours, une fois validés, seraient rendus publics et seraient un élément de valorisation de chaque faculté. Il est à souhaiter qu’un maximum de Facultés pourrait présenter un parcours SHS. Pour celles qui ne le pourraient pas, les étudiants inscrits dans ces facultés ne pourraient pas emprunter de parcours SHS, et par conséquent ne pourraient pas non plus valoriser ce parcours en fin de 2è cycle.

Assemblée Générale du Collège des Humanités Médicales – Lyon le 26 juin 2018

L’assemblée générale 2018 du Collège des Humanités médicales a eu lieu à la Faculté de médecine Lyon Est.

Un livret a été distribué pour présenter une série d’expériences pédagogiques, vous le trouverez téléchargeable : livret AG _ web

Un forum d’échanges de pratiques pédagogiques en humanités médicales SHS a été organisé autour de différentes questions :

  1. Quelles compétences sont travaillées par les Humanités – SHS ? 
  2. Quels sont les modalités d’évaluation et de validation les plus pertinentes ?
  3. Comment faire mieux participer les étudiant·es ?
  4. Qu’en est-il de la pédagogie critique ?
  5. Et quid de la place des patients dans ces enseignements ? 

Les objectifs de ce forum étaient de mettre en réseau les personnes concernées par l’enseignement des SHS, de dessiner le paysage des pratiques pédagogiques développées dans nos facultés, et d’échanger sur les défis que nous rencontrons et les ressources que nous pourrions partager.

 

Les Masters SHS et santé en France

Les étudiants souhaitant approfondir leurs connaissances dans le champ des SHS et développer des compétences reconnues dans ce domaine pourront trouver dans la liste ci-dessous des formations de niveau MASTER pouvant les intéresser.

Université Bordeaux Montaigne, Master Recherche Philosophie sur la nature, l’homme et la société

Université Bordeaux Montaigne, Master Professionnel Philosophie : Soin, Ethique et Santé

Université de Bretagne occidentale, Master Prévention et décision en santé, spécialité Ethique, soin et santé

Formations de l’Espace éthique, Région Ile-de-France

Université Lille II, Master Sciences de l’Education parcours Education, santé, social, prévention

Université de Lyon 1, Master didactique des sciences

Université de Lyon 3, Master SHS, mention philosophie, spécialité Culture et santé

Université de Montpellier, Histoire, philosophie et didactique des sciences, parcours Philosophie du soin et anthropologie médicales

Université de Montpellier, Master Santé mention Soin Humanités Société

Université de Marseille, Master Pathologie humaine, spécialité Ethique médicale et bioéthique

Université Paris V Descartes, Master Ethique, Ethique médicale et bioéthique

Université Paris VII Diderot, Master Histoire et Philosophie des sciences

Université Paris Sud 11, Paris-Saclay, Master Mention éthique

Université Paris 12 Est Marne la Vallée, Master Ethique médicale et hospitalière appliquée

Université de Picardie, Master SHS, mention philosophie, spécialité Anthropologie, éthique et histoire de la médecine

Université de Saint-Etienne, Master Science Politique, Parcours Enjeux et politiques de santé

Université de Strasbourg, Master Science politique, parcours Santé, environnement, politique : http://dhvs.unistra.fr/enseignement/master-sep/

P.S. si vous souhaitez apporter une précision ou une modification sur l’une ou l’autre de ces formations, merci de l’indiquer en commentaire de cet article

Ecole d’été à Utrecht – Interdisciplinary Learning in Medicine, the Arts and Humanities

Une école d’été “Médecine, Arts et Humanités” est organisée début juillet à Utrecht (Pays-Bas).

Extrait de l’argumentaire :

The future of thinking about health and health education is bound to be profoundly interdisciplinary.  Therefore, this summerschool aims to answer the question: how do we envision the education of students with an interest in health and illness by the year 2025? 

Liens vers le programme et le formulaire de candidatures (attendues avant le 15 juin):  https://www.utrechtsummerschool.nl/courses/life-sciences/interdisciplinary_learning_in_medicine_the_arts_and_humanities_the_new_utrecht_school

2e journée nationale de l’indépendance de la formation initiale en médecine

Le Collège des humanités médicales était représenté* à la 2e journée nationale de l’indépendance de la formation initiale en médecine, organisée le 31 mars 2018 par le FORMINDEP, aux côtés d’autres collèges d’enseignants en médecine (Collège des enseignants en gériatrie, Collège des enseignants en psychiatrie et Collège des généralistes enseignants).

Après avoir rappelé les enjeux et la spécificité de l’enseignement des sciences humaines et sociales en médecine, les objectifs du COLHUM ont été présentés via l’intervention conjointe de Solène Lellinger et Nils Kessel. L’accent a porté sur le rôle du collège dans la mutualisation des expériences pédagogiques innovantes (notamment lors de congrès), en particulier sur les enseignements visant à développer l’esprit critique des étudiants autour des techniques de promotion des industries de santé, comme ceux menés à Lyon, Montpellier ou Strasbourg.

Pour plus d’informations sur cette journée : http://formindep.fr/2e-journee-nationale-de-lindependance-de-la-formation-initiale-en-medecine/

Les vidéos de cette journée sont en ligne : http://formindep.fr/la-journee-du-31-mars-2018-en-video/

* Avec la participation de Nils Kessel, Solène Lellinger et Anne Rasmussen

Humanités et réduction du burn out. Enquête multicentrique (USA)

Une enquête multicentrique a été menée par Salvatore Mangione et ses collègues de cinq Facultés de médecine étatsuniennes, contactant plus de 3000 étudiant·es par le biais d’un questionnaire.

Résultats : Le fait d’avoir des pratiques en rapport avec les humanités (par exemple, lire, écrire, aller au théâtre, etc.) est, chez les étudiants en médecine, corrélé positivement avec le fait d’avoir des qualités telles que  : empathie, sagesse, tolérance à l’ambiguẗé, compétences émotionnelles, auto-efficacité et même habiletés de repérage dans l’espace.

Ces différentes qualité étant des facteurs protecteurs du burn-out, les auteurs valident donc leur hypothèse, selon laquelle la pratique des humanités dans les facultés de médecine contribue à réduire le burn-out chez les étudiants…

Référence : Mangione, S., Chakraborti, C., Staltari, G., Harrison, R., Tunkel, A.R., Liou, K.T., Cerceo, E., Voeller, M., Bedwell, W.L., Fletcher, K., et al. (2018). Medical Students’ Exposure to the Humanities Correlates with Positive Personal Qualities and Reduced Burnout: A Multi-Institutional U.S. Survey. J GEN INTERN MED 1–7. 
URL https://link.springer.com/article/10.1007/s11606-017-4275-8

 

Pour une formation en SHS au 2è cycle des études médicales

Contribution du Collège des Humanités Médicales à la réflexion pour la refonte du 2è cycle

Pistes de travail – 20 décembre 2017

1) Constats

Aujourd’hui, les enseignements de sciences humaines et sociales (SHS) ont une place embryonnaire dans le second cycle des études médicales. Ces enseignements n’existent que sous la forme de certificats optionnels ou d’UE de master, sans possibilité pour les étudiants externes de valoriser les compétences acquises lors de ces formations. En outre, près de la moitié des UFR de médecine de France n’ont toujours pas dans leurs équipes d’enseignant qualifié (titulaire d’un doctorat) dans les disciplines des SHS. Et si des enseignements optionnels sont proposés, seuls un petit nombre d’UFR peuvent proposer des enseignement de SHS vraiment structurés, c’est-à-dire cohérents et pensés en lien étroit avec pratiques médicales et non comme simples ajouts à enseignement biomédcial. Tous les étudiants en médecine de France ne sont donc pas, vis-à-vis des SHS, logés à la même enseigne.

Le 2e cycle des études médicales est pourtant un moment-clé pour le développement du professionnalisme. Il correspond aussi, d’après certaines études, à un moment d’érosion des capacités d’empathie chez les étudiants2. C’est lors de l’externat que les étudiants commencent à se forger une identité professionnelle à travers ce qu’ils vivent au cours de leur formation. Les étudiants apprennent peu à peu à contextualiser leurs connaissances, à faire avec la diversité et l’incertitude des situations, ils rencontrent des modèles de rôles et ont besoin d’une réflexion sur ces modèles3. Les SHS permettent d’apporter aux étudiants des connaissances et des compétences pour cette réflexivité. Elles permettent aussi de développer leurs habiletés de communication, leur sens des responsabilités, leurs capacités de pratique collaborative interprofessionnelle, leur esprit critique, etc. Les SHS permettent en fait d’accompagner le développement du professionnalisme, c’est-à-dire de la capacité des étudiants à observer de manière non-jugeante, à avoir une écoute attentive, à conduire une démarche de raisonnement et de décision centrée sur le patient, tenant compte du vécu et des déterminants sociaux de la santé. Continuer la lecture de « Pour une formation en SHS au 2è cycle des études médicales »

Les 4 chantiers 2017-2018

A tous les membres actuels ou potentiels du Collège des Humanités Médicales,

Depuis la dernière Assemblée Générale à Strasbourg en juin 2017, le nouveau bureau du Collège des Humanités Médicales a repéré certains chantiers prioritaires. Nous aimerions avoir vos retours sur les 4 chantiers suivants

1. Améliorer la communication entre les membres du collège

N’hésitez pas à nous faire part de suggestions de points à l’ordre du jour et à proposer de participer aux réunions selon les thématiques abordées et l’ordre du jour.

Le nouveau site du collège prendra la forme d’un carnet OpenEditions https://colhum.hypotheses.org/ qui peut être sollicité pour des publications en lien avec les humanités médicales et l’enseignement des SHS en santé.

Une page facebook a été créée https://www.facebook.com/colhum/ avec un nouveau logo. N’hésitez pas à faire relayer les évènements SHS / Humanités médicales que vous organisez

2. Renforcer les parcours de Master SHS Santé dans les différentes facultés.

Les parcours de master permettent aux étudiants de médecine de valider un équivalent de M1 à partir de leur 4è année de médecine, et ainsi d’entrer dans des M2 qui leur permettent de compléter leurs formations. Voir la liste des masters.

3. Soutenir les échanges et les partages entre étudiants en médecine de différentes facultés particulièrement investis dans les enseignements de SHS

Le collège a déjà noué des contacts avec des élu·e·s étudiant·e·s, notamment lors de ses deux derniers congrès (Lyon 2015, Strasbourg 2017). Depuis sa dernière assemblée générale à Strasbourg en juin 2017, le Collège des Humanités Médicales s’est donné pour priorité de développer ces liens et collaborations.

Il faudrait soutenir et renforcer les échanges entre étudiants en médecine de différentes facultés autour des SHS. Dans une majorité de facultés en France (mais pas dans toutes), les étudiants ont accès à des enseignements de SHS non seulement pendant le premier cycle (tronc commun) mais aussi dans des optionnels ou des UE de Master de SHS (Sociologie, Anthropologie, Histoire, Philosophie, Ethique, Médecine Narrative, Sciences & Technology Studies, etc.).

A cet égard, quels seraient les voeux et les idées des étudiants pour nourrir ces échanges entre facultés ? Organiser des sessions thématiques SHS en marge des congrès étudiant·e·s ? Organiser une école d’été interfacultaire ? Développer des outils numériques ? etc.

4. Contribuer par des enseignements de SHS à la formation de deuxième cycle

Le deuxième cycle est actuellement remis en chantier avec la fin, annoncée récemment, de l’Epreuve Classante Nationale en fin de 6è année. Le bureau du Collège a rencontré Isabelle Richard, conseillère santé de la Ministre de l’ESR, le 23 octobre 2017.

Cette réforme va se construire à partir d’un rapport qui est actuellement élaboré par le Président de la conférence des Doyens de médecine et un représentant de l’ANEMF et qui devrait être rendu en décembre 2017 ou janvier 2018

Pour ce qu’on en sait, les étudiants devront pendant le second cycle des études médicales valider un certain nombre de connaissances disciplinaires sur SIDES, ainsi qu’un portfolio de compétences via des certificats de compétences cliniques annuels. Selon le parcours, les stages et les enseignements qu’ils auront validés, les étudiants se retrouveront en cours de 6è année plus ou moins bien placés pour prétendre à telle ou telle spécialité…

Les SHS ont pour le moment une place embryonnaire dans le second cycle, mais ont certainement à apporter des contributions plus importantes. Quelles seraient les compétences fondamentales qui pourraient être nourries par des enseignements de SHS au 2nd cycle ? Et par quels types d’enseignements (Modules en ligne, simulation, enseignements dirigés, conférences) ? Avec quelles thématiques clés ? Enfin, comment valoriser, en fin de 6è année, le choix de certains étudiants de consacrer du temps pour des UE de Master et des optionnels de SHS ? Voir la contribution du Collège au débat sur le deuxième cycle.