Sur la formation en SHS dans le futur 2è cycle des études médicales

Il est désormais reconnu que les enseignements de sciences humaines et sociales dans le 1e cycle sont appréciés des étudiants et étudiantes, indispensables à leur formation, leur évaluation et leur orientation. Ces enseignements offrent des repères fondamentaux, permettent de s’orienter dans leur choix de formation, et d’évaluer leurs compétences réflexives et rédactionnelles.

Le 2e cycle est celui de l’exercice clinique, avec la découverte de l’hôpital et de la médecine générale, de la variété des situations de soin et de leurs enjeux humains. L’accompagnement pluridisciplinaire doit être renforcé à cette période-clé du développement professionnel (cf rapport du Dr Mara). Les enseignements de Sciences Humaines et Sociales participent à cet encadrement. En développant certaines des compétences centrales pour le 2e cycle (réflexivité, communication, responsabilité notamment) elles contribuent au développement du professionnalisme.

Les éléments à prendre en compte

  • Les SHS permettent aux étudiants de santé de se situer face aux enjeux de la médecine et aux mutations sociales que nous connaissons. Elles permettent aussi de maîtriser des éléments de culture professionnelle en santé et de développer des aptitudes relationnelles. Elles renforcent aussi, de façon indispensables, les compétences critiques et réflexives.

  • L’enseignement de SHS en médecine s’appuie sur des savoirs universitaires issus de différentes disciplines universitaires (épistémologie, histoire, sociologie, anthropologie, philosophie, littérature, etc.).

  • Les facultés sont très inégalement dotées en spécialistes SHS, et pourtant les étudiants doivent être traités également sur le territoire.

  • Les SHS apportent aussi un « plus » dans le parcours personnalisé des étudiants (nombre d’étudiants aspirent à mieux se former en SHS, en suivant des enseignements optionnels, jusqu’à des double parcours).

  • Les connaissances et compétences développées grâce aux SHS doivent donner lieu à une évaluation à la fois solide, reproductible et intelligente.

Les deux propositions du Collège

1) Concernant le « socle commun »

Le Collège des Humanités Médicales porte une proposition d’épreuve rédactionnelle nationale obligatoire intégrée au contrôle terminal en 5è année (ou à un autre moment du 2è cycle).

Cette épreuve rédactionnelle consisterait soit en un essai ou dissertation sur une question ouverte sur un thème santé-société, soit en un récit de situation complexe inspiré des RSCA, par exemple sur la base d’un extrait vidéo ou sonore à analyser, incorporant des éléments d’analyse fondés sur des savoirs de SHS. Cette épreuve nationale serait corrigée annuellement par une équipe de correcteurs spécialistes SHS, incluant des HU, selon une grille solide, commune et incontestable. Une liste de thématiques et un « bouquet de ressources » (articles ou/et chapitres de livres) seraient proposés par le COLHUM et accessibles à tout.e étudiant.e de France, par exemple sous la forme d’un module d’enseignement à distance commun accessible sur le territoire. Il reviendrait à chaque Faculté d’accompagner au mieux les étudiants dans la réalisation d’exercices spécifiques pour les entraîner à cette épreuve. Cette épreuve pourrait donner lieu à validation sous forme de note (contribuant au « classement » de l’étudiant) ou par paliers (par ex. non-validé/validé minimalement/validé bonus).

 

2) En pensant à la personnalisation du parcours de l’étudiant et l’enrichissement de l’offre d’enseignements en SHS

Il pourrait être demandé à chaque Faculté de définir et d’expliciter sa propre offre de formation pour la validation de l’enseignement des SHS en 2è cycle. Ce parcours, décrivant l’offre de formation accessible au 2è cycle, recevrait un avis ou une validation de la part d’une commission incluant des membres du COLHUM. Ces parcours, une fois validés, seraient rendus publics et seraient un élément de valorisation de chaque faculté. Il est à souhaiter qu’un maximum de Facultés pourrait présenter un parcours SHS. Pour celles qui ne le pourraient pas, les étudiants inscrits dans ces facultés ne pourraient pas emprunter de parcours SHS, et par conséquent ne pourraient pas non plus valoriser ce parcours en fin de 2è cycle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.