10e congrès du Colhum

ARGUMENTAIRE

Le Collège des humanités médicales a été créé en 2008 pour rassembler les enseignants de sciences humaines et sociales qui interviennent dans les formations médicales. Ces enseignements sont le plus souvent réalisés par des spécialistes d’anthropologie, géographie, histoire, philosophie, science politique ou encore sociologie. Les regards sont donc multiples, tout comme les missions qui leurs sont confiées depuis 1992 : formation des futurs médecins (initialement en premier cycle, puis plus récemment en second cycle) puis d’autres professionnels du soin avec le regroupement de nombreuses formations au sein d’UFR de santé.

Les conditions de travail, enfin, varient fortement, avec des départements reconnus sur certains sites et des collègues plus isolés sur d’autres, ou avec différentes injonctions en termes de volumes horaires ou de tournants numériques. 

Si ces sujets invitent à réinterroger les missions des enseignants en humanités médicales, ils dépassent leur cas et permettent de penser plus généralement le futur de la santé.

La présence grandissante des outils numériques dans l’enseignement est à l’image de leur présence dans le quotidien des soignants et, au-delà, d’une vision de la santé conditionnée par une culture productiviste : le monde des big data est bien celui de l’Anthropocène.

La sociologie des techniques incite à penser que les innovations ne sont pas seulement des outils à disposition des humains mais qu’elles modifient en profondeur leurs regards. Qu’est-ce que les outils numériques, les visioconférences, MOOCS ou autres capsules vidéo font aux relations entre enseignants et étudiants ou soignants et patients ? S’agit-il seulement d’une nouvelle corde ajoutée à l’arc pédagogique de nos disciplines, au sein d’universités déjà rythmées par l’alternance entre des TD obligatoires en petits comités et des cours magistraux considérés de fait comme optionnels ? Ou bien observons-nous un virage, une transformation qui, passant par le truchement d’un format d’enseignement prétendument individualisé, participe à homogénéiser les cours dispensés ? Qu’est-ce que cette nouvelle hybridation de l’humain produit ?

Au-delà des enjeux mis ainsi en lumière par l’expansion du numérique, ce nouveau congrès nous semble l’occasion de réfléchir au travail. Cette notion même est souvent invisibilisée dans l’enseignement supérieur ou la santé – deux espaces idéal-typiques pour l’exercice des professionnels qui se reconnaissent peu dans le statut de travailleur. Pourtant, le travail, dans sa variabilité, interroge la façon de proposer aux étudiants en santé les apports des humanités : regards critiques, réflexions éthiques, remises en contextes historiques et politiques. Quelles sont les contraintes et les opportunités pour améliorer le statut des humanités, et de ses travailleurs, dans les formations en santé ? Celles-ci préparent des jeunes gens à enfiler la blouse, c’est-à-dire à faire tenir ensemble savoir technique biomédical et compréhension de l’humain. Comment les humanités médicales envisagent-elles ce travail des acteurs de la santé ? Quelles divisions du travail, quelle place pour le patient, quelle réflexivité sur la science, les recommandations de bonnes pratiques ou les choix des modes d’exercice et de rémunération ? Ou encore, comment envisager le travail soignant concret à l’ère de l’anthropocène et d’un nécessaire élargissement du regard (dont témoignent les préoccupations actuelles dites One Health ou encore de « santé planétaire ») ?

Après une première période des humanités médicales dédiée à leur apparition dans les formations médicales et une seconde période ayant permis leur implantation tout au long de la formation (deuxième et troisième année, service sanitaire, sixième année), quel avenir pouvons-nous entrevoir pour les sciences humaines et sociales en santé ? Une transformation contemporaine, sans doute à prendre en compte, est l’amoindrissement des frontières entre métiers de la santé. Cela se traduit parfois institutionnellement par des UFR santé communes aux différentes formations. Les humanités médicales peuvent se trouver alors différemment considérées et enseignées. Quels sont les premiers constats en la matière ? Comment proposer à la fois des apports communs et prendre en compte les spécificités des métiers du soin et leur place dans la division du travail, tout en étant prompt à suivre, si ce n’est encourager, les nouveaux modes de collaboration entre professionnels ?

À partir de ces questionnements, les communications seront distribuées selon trois thématiques indicatives :

L’hybride : il s’agira d’interroger l’hybridation dans la pédagogie, dans la santé et, plus largement, les rapports entre humain et technique.

Le travail : les apports pourront concerner le travail pédagogique (contenus, participation des étudiants, appropriation des outils, expérimentations au sein du service sanitaire, etc.) et/ou le travail de soignant et ses tensions contemporaines.

L’avenir : des réflexions en matière de trajectoire du système de santé (entendu comme espace social entre patients et travailleurs du soin), de l’université ou de l’universitarisation des métiers paramédicaux, ou encore de la médecine à l’ère de l’anthropocène sont ici particulièrement attendues. 

CALENDRIER

  • Soumission des propositions : jusqu’au 1er février 2024
  • Notification d’acceptations : 15 mars 2024
  • Ouverture des inscriptions : 1er avril 2024
  • Clôture des inscriptions : 9 juin 2024
  • Congrès du Colhum : 13-14 juin 2024

Plus d’informations : https://colhum2024.sciencesconf.org



Citer ce billet
slellinger (2023, 15 octobre). 10e congrès du Colhum. Collège des humanités médicales. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n03w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search